Menu
Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Trouver une issue à la souffrance à Aytré - La Rochelle

Trouver une issue à la souffrance à Aytré - La Rochelle

Le 31 janvier 2019
Trouver une issue à la souffrance à Aytré - La Rochelle
Peut-on éviter la souffrance? Eviter une situation difficile, la refuser, peut-être même la dénier, car elle est trop douloureuse, c'est dire "Non" à la réalité mais en faisant cela, on s'inflige une double peine....

Faire face à la maladie, à une  séparation ou un deuil est souvent une raison d'entrer en thérapie. La psychologue, Sylvie LAIR, située à Aytré- La Rochelle vous accueille et vous guide. 

C'est la résistance à ce qui est qui cause de grande souffrance

J’entre en résistance contre la réalité et nous obtenons l’équation suivante :

                                           Douleur de la situation + Résistance =  Souffrance

Devant une situation difficile, on s’inflige une double peine en n’acceptant pas notre impuissance :

« J’aurai dû, il aurait fallu… » En fait, pour le moment, du moins, vous n’en avez pas le pouvoir, vous ne pouvez rien à la situation.

En disant « Non ! » à la réalité, vous vous coupez de la vie.

l'Acceptation, un outil pour mieux traverser la douleur et faire un travail du deuil

Dans le travail  d’ « Acceptation »,  il y a un effet libérateur, où je suis bienveillant avec moi-même, sauf si le remords me ronge, la culpabilité de ne pas en avoir assez fait ou, le désir de changer la réalité sont trop présents.

Je ne peux pas changer ce qui est, mais je peux accueillir en moi la part qui est douloureuse car la racine d’un sentiment désagréable est un Besoin , essentiel et fondamental, non satisfait.  (au sens de la Communication Non Violente de Marshall Rosenberg).

Accepter, n’est pas baisser les bras, loin de là, c’est prendre appuie sur le Besoin, ce qui me permet d’avoir la sagesse de changer ce qui peut être changer et d’avancer.

Le thérapeute use de beaucoup de pédagogie pour partager à l’autre ce qui l’aidera à se relever, à respirer, à sourire au lieu de ruminer. J’emprunte à Épictète cette citation qui me soutien dans les moments difficiles et me permet de faire la distinction entre ce qui dépend de moi de ce qui n’en dépend pas :

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre.»  

                                                                     Dire « Oui ! » à la vie.