Menu
Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > La jalousie, ce sentiment peut empoisonner votre vie par la psychothérapeute à AYTRE

La jalousie, ce sentiment peut empoisonner votre vie par la psychothérapeute à AYTRE

Le 03 décembre 2019
Peur de perdre l'amour de son partenaire, suspicion, désir de possession. La jalousie excessive touche de nombreux couples et constitue un motif fréquent de séparation. Fréquemment Interprétée par les jaloux comme preuve d'amour, elle fait souffrir.

La jalousie est universelle

Il n’y a pas que la jalousie amoureuse, c’est un sentiment universel que l’enfant peut éprouver, c’est un besoin de possession.

Elle existe en tous lieux, dans la famille, ou au sein du travail et ce depuis la nuit des temps. Étymologiquement, « jelos » du grec, signifie rivalité et « jal » coq en vieux français. Il s’agirait donc d’une question de territoire ou le coq exerce instinctivement sa domination sur l’ensemble de la basse-cour.

Jalousie ou  Envie?

La jalousie va de pair avec l’envie, toute deux associés à amour, possession, désir, sexualité, concurrence, compétition, rancune, haine, orgueil et image de soi.

On utilisera le terme de jalousie pour des personnes et à l’amour,

Le terme d’envie, à tous les autres cas.

On est jaloux de ce qu’on possède et envieux de ce que possèdent les autres.

La jalousie et l’envie : de normale à pathologique, tout est une question de degré

Au 1er degré, la jalousie est la conséquence de l’instinct de propriété…que chacun peut ressentir pour son partenaire. On a peur de perdre l’autre et cela nous incite à la vigilance, à lui plaire.

A un deuxième degré, le jaloux souffre et fait souffrir. Le jaloux devient obsessionnel, l’autre doit prouver qu’il l’aime, le préfère.

Au troisième degré, la jalousie est excessive et s’exerce de façon incontrôlée. La jalousie envahit la vie et le jaloux est angoissé, cela peut conduire même, à l’homicide volontaire.

Les déclencheurs de la jalousie?

Selon Reid Mihalko il y a 8 paramètres qui peuvent déclencher la jalousie : la possessivité, besoin de se sentir spécial pour l’autre, dimension qui inclut le besoin de contrôle de la situation. la peur de l‘insécurité, peur que la relation se termine. La peur du manque ou pénurie.  Peur de l’abandon par son partenaire et de faire face au changement. Peur du rejet, peur de la solitude, le sentiment d’injustice dans la relation et le sentiment d’infériorité lié à des comparaisons de soi par rapport aux autres

Comment faire face à la jalousie ?

Bien souvent, la jalousie augmente en raison d’un scénario que la personne se raconte dans sa tête, en interprétant les paroles ou les gestes de l’autre. Lors de la jalousie pathologique on crée on imagine…et il faut s’inquiéter lorsque cela prend beaucoup de place dans sa vie et cela, sans fondement.

Il peut être aidant de travailler sur deux plans : nos pensées- le cognitif et nos attitudes -le comportemental. Ainsi, on se dira : « quand mon partenaire dit ou fait… je me dis… ».

Ceci permet de prendre conscience de notre discours intérieur. Et d’un point de vue plus comportemental, il s’agit d’identifier des comportements qu’on ne peut s’empêcher de faire.

 

Toutes ces dimensions peuvent faire remonter des souvenirs d’enfance ou d’adolescence liés au rejet, à la peur de perdre et peuvent avoir une incidence à l’âge adulte dans les relations. Il est donc important de consulter un thérapeute afin de soulager, d’aider dans le cheminement pour des relations plus apaisées.

Contacter votre psychologue Sylvie LAIR au 01 88 24 26 98 ou sur la page du site web