Menu

En cette période de re confinement le cabinet reste ouvert et les séances en visio restent un excellent moyen de prendre soin de Soi.
Je reste à votre disposition pour toutes questions complémentaires.

Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Et si vous étiez en pré-burn-out ? Ou en dépression réactionnelle?

Et si vous étiez en pré-burn-out ? Ou en dépression réactionnelle?

Le 25 novembre 2020
Et si vous étiez en pré-burn-out ? Ou en dépression réactionnelle?
Dans les deux cas, on se sent fatigué émotionnellement, on lutte avec des troubles de mémoire et de concentration, on dort mal… Mais la différence entre un état dépressif et le burnout est liée au contexte. Par Sylvie LAIR Psychologue clinicienne

Vous êtes épuisé, déprimé, Vous ne récupérez plus, votre sommeil est perturbé.

Prévention et sortie de l'anxiété, de la dépression et du  burnout

Rôle des neurotransmetteurs déterminant  notre bien-être physique et mental.

Les neurotransmetteurs produits par notre organisme, sont des messagers chimiques qui donnent des informations à l’ensemble de notre corps. Il en existe de plusieurs types :

Les neurotransmetteurs qui sont des toniques : noradrénaline, adrénaline, dopamine… ils donnent de l’énergie

Les neuromédiateurs favorisant la récupération, le repos : la sérotonine, le GABA et la glycine, ces neuromédiateurs interviennent dans la réduction de l’anxiété

 
1ère phase : l’Alarme,
Quand on est à 4-5 cafés pour tenir le coup on sur-stimule les surrénales pour fabriquer encore plus d'adrénaline, ces glandes s’épuisent alors.
Des signaux d’alarme : se sentir oppressé, des barres au niveau des tempes, un souffle court, l’estomac qui gonfle… montrent que le corps réagit à une surcharge liée au travail.
 
Quand on a trop de travail, le corps tente une régulation par une sur-adaptation.
 
Si vous continuez de la même façon : « Il FAUT tenir ! », alors les surrénales ne vous apportent plus d’adrénaline et le corps commence à fabriquer du cortisol.
 
Le cortisol, c’est ce qui permet d’être en résistance.
 
Dans le pré-burn out, vous n’êtes pas encore effondré en cortisol,
Ce qui va empêcher de passer dans le burnout, c’est le taux de sérotonine
Si vous avez un taux de sérotonine élevé vous ne rentrerez pas en burnout.
 
Quand on n’a plus de cortisol, car le corps n’arrive plus à le produire, c’est l’effondrement.
 
Donc, la 3èm phase c’est l’épuisement : le burnout se caractérise par un effondrement de l’adrénaline et du taux de cortisol et quand on n’a plus de cortisol, y’a plus d’énergie.
 
 
On ne sort pas du burnout en 1 mois ou 2, il faut au minimum, 1an, entre 1 ½ et 3 ans avec une modification totale du rythme de vie
 
Il s'agit en effet d'une combustion progressive ou brutale de l'intérieur du corps. Le corps ayant besoin d'énergie pour affronter le stress, toutes les glandes et organes travaillent en surrégime, jusqu'à l’épuisement.

 
Dans le burnout la personne a envie,

elle est motivée mais elle est fatiguée. Elle lutte, alors que dans son corps, tout indique qu'il n'y a plus d'énergie 

La différence avec la dépression?

Un choc émotionnel important constitue souvent le déclencheur de la dépression. Il s'agit, dans la majorité des cas, d'un événement négatif : deuil, rupture, conflit familial, perte d'emploi, accident... Ce traumatisme va perturber la vie et entraîner des émotions intenses.
 
Il y a une grande tristesse, une non-raison de vivre. Rien ne vous fait envie.
Dans la dépression on est incapable de se projeter dans le futur. On est très sensible aux mauvaises nouvelles. Dans la dépression, on est dans le passé, figé, on n'est pas dans l'instant présent avec des sentiments de culpabilité, de honte et de dévalorisation de soi
Pour traverser la dépression, il faut bouger, ne pas rester inactif, bien que tout soit difficile. Tout va demander un effort mais cela permet de remonter la pente de la guérison, peu à peu.
Solliciter des personnes positives, freiner les ruminations en en parlant à un thérapeute TCC par exemple et consulter son médecin traitant pour un traitement par anti dépresseur.
Pour être en activité vous avez besoin de l’adrénaline. Ce qui permet de ramener le circuit en homéostasie, c’est l’acétylcholine. Vous ne pouvez pas avoir le pied constamment sur l’accélérateur !
Mais si, vous êtes passé au niveau du cortisol, ce qui permet d’équilibrer, c’est le DHEA.

 
Sortie de ces états, d'anxiété, de dépression et de burnout

Il faut remonter les stocks, revoir le rythme alimentaire et changer de rythme de vie


Pour l’acétylcholine, faire de la marche rapide 30 à 40 minutes tous les jours
Pour la sérotonine faites la cohérence cardiaque 5 minutes 3 fois par jour pour augmenter le taux de DHEA.
Et , riez : Le rire est un stimulant psychique, il stimule l’optimisme qui va développer la faculté de réagir et diminuer l’anxiété.
Le rire permet de fabriquer davantage de neurotransmetteurs dont le corps a besoin pour maintenir son équilibre.


Vous souhaitez être informé plus en détail sur mes prestations.

Contactez moi pour un RDV au 05 82 88 40 14 ou via contact : https://www.psychologue-psychotherapeute-lair.fr